Descendance

 
_MG_4632_2.jpg
 
 

Synopsis

«Partez pas avec la caméra aux toilettes, c’est important qu’on soit ensemble dans le film. » - extrait du texte

Les Therrien sont réunis pour célébrer la fin de l'année. Dans une cacophonie d'échanges à bâtons rompus et de remarques creuses, chacun tente de camoufler son ennui. Luc, l'hôte, a décidé d'innover en filmant la soirée, la dernière pour cette famille sur le point d'être dispersée : « Ça va faire des beaux souvenirs. » Pour les Therrien, les meilleurs moments sont ceux où ils évoquent leurs anecdotes préférées, ressassées année après année, y cherchant la forme de réconfort apportée par l'appartenance à un groupe. Cependant, alors qu'ils regardent la vidéo avant de se quitter, le vide qu'ils ont vainement choisi d'ignorer s'impose à eux. 

Descendance est la première œuvre écrite en collaboration par les deux artistes polyvalents que sont Dany Boudreault et Maxime Carbonneau. Sans complaisance, et avec une petite touche d'ironie, ils y mettent en scène une famille ordinaire dont la force d'attraction ne suffit plus à retenir ses membres dans son orbite.

 
 
 

Informations

CRÉÉ AU CENTRE DU THÉÂTRE D’AUJOURD’HUI, MONTRÉAL, 2014

Texte : Dany Boudreault, Maxime Carbonneau

Mise en scène : Maxime Carbonneau

interprétation: Martin Faucher, Annette Garant, Rachel Graton, Raphaëlle Lalande, Julien Lemire, Louise Turcot 

assistance à la mise en scène, directeur de production et régie: Jérémie Boucher 

scénographie: Cédric Lord 

éclairages: Erwann Bernard 

conception sonore: Éric Forget

scénarisation de la vidéo: Stéphane Lafleur 

réalisation vidéo: Jérémie Battaglia

conseil au mouvement: Mélanie Demers 

direction technique: Julie-Anne Parenteau-Comfort

 
 
 
 

« Les comédiens sont dirigés avec une main de chef d’orchestre. Bravo à Maxime Carbonneau qui confirme son talent de metteur en scène. »


-Céline de la Roche, Zone Culture

« Il faut imaginer tout ce beau monde en train d’enfiler les banalités, de ressasser inlassablement les mêmes souvenirs, de parler les uns par-dessus les autres. On dirait un croisement entre les univers de Claude Meunier et Serge Boucher. Et puis, sur le coup de minuit, tout bascule. Le film de famille, projeté en fond de scène, expose alors, à la manière d’une radiographie, les démons intérieurs des protagonistes. La pièce prend à ce moment-là une tournure plus singulière, où la langue peut enfin se déployer. »

-Christian Saint-Pierre, Le Devoir



« Ce récit rempli de malaises, de faux-semblants et de traditions détestées est émouvant et pousse parfois des larmes au coin des yeux, tout particulièrement dans les monologues de la fin. Racontant différemment un thème si souvent exploité, le texte des deux jeunes dramaturges est troublant, mais juste. »

- Amélie Lacroix Maccabée, Boucle Magazine

_MG_4056-Modifier_3.jpg